• Infoclimat
    la météo
    en temps réel
    Infoclimat
  • Orly - Athis-Mon.15h00, 10.3°C
    76%, 1016.9hPa
    Vent de direction SSO14 km/h (raf. 25)
Bulletin d'Informations Météorologiques
Par Aurélien mardi 21 février 2012, 23:12

BIM n°16 du 21 février 2012

Valable jusqu'au 2 mars 2012

 

 Conditions anticycloniques à perte de vue

 

Tout d'abord nous tenions à vous informer qu'aucun BIM n'a été édité durant la vague de froid qui a touché la France durant la première quinzaine de février, compte tenu des prévisions faites dans le bulletin spécial émis par Infoclimat pour cet événement (dont le bilan a été dressé dans le dernier suivi du 16/02).

Après cette vague de froid sévère, un changement assez radical s'est produit, avec la mise en place de conditions anticycloniques récurrentes. Les précipitations sont donc rares, ce qui fait de ce mois de février un mois sec dans bien des secteurs. L'air froid a été définitivement chassé de l'Europe occidentale et centrale, et c'est même de l'air doux qui s'est emparé de notre pays. Les gelées matinales sont classiques en cette saison, mais les maximales vont devenir, dans les prochains jours, assez élevées pour cette période de l'année.

Analysons la situation actuelle avec la carte d'analyse du modèle GFS (run de 12h TU), avec les champs de géopotentiel et de température à 500 hPa et de pression en surface :

Les hautes pressions s'étendent du sud-est des Açores à la France et jusqu'en Europe centrale. Une goutte froide, présente en Méditerranée et accompagnée de sa dépression de surface, évolue lentement, isolée au sein d'un champ de pressoion plus élevée. Le rail dépressionnaire, associé au jet stream, se situe anormalement au nord, ce qui empêche les perturbations d'atteindre notre pays. Seuls des restes de front, ou des perturbations frontales peu actives, sont attendus au cours des 7 voire des 10 prochains jours.

Voyons à présent comment va évoluer cette ceinture anticyclonique qui protège l'Europe de l'ouest, avec les prévisions GFS des mêmes champs (500 hPa, surface) pour les échéances 48 (milieu) et 96h (droite) - soit 2 et 4 jours - avec pour rappel les champs analysés mardi 21 février à 12h TU :

 

On voit bien qu'au final, vues de loin ces trois images se ressemblent très fortement. On peut presque parler de blocage  à plus grande échelle. La ceinture ne semble pas vouloir se scinder ni s'affaiblir, avec un bloc de hautes pressions sans cesse alimenter en air chaud depuis les tropiques. Le vortex quant à lui est éclaté avec une dorsale d'altitude qui remonte assez haut. Pour l'illustrer, voici la carte de l'anomalie du géopotentiel à 500 hPa pour l'échéance +96h, à comparer avec la carte de droite précédente :

Ce qui saute aux yeux est la vaste zone d'anomalie positive de l'Atlantique à l'ouest et au sud de l'Europe. La isoligne 0 dam remonte ainsi jusqu'au sud-est du Groënland et jusqu'à l'Islande. On remarque également une forte anomalie positive sur une partie de la Russie à hautes latitudes.

Donc jusqu'au week-end prochain, les conditions resteront calmes et douces avec une masse d'air très doux sur la France. Pour la suite, c'est encore flou mais il est bien possible que ces conditions se poursuivent, avec un air légèrement plus froid toutefois. Voici les champs à 500 hPa et en surface prévus pour lundi 27 février à 2h TU, par les modèles GFS (haut) et CEP (bas), dans leur version déterministe (gauche) et dans leur version probabiliste (droite). La version probabiliste correspond à la moyenne des scénarios.

Le premier élément qui ressort est la persistance de hautes pressions à proximité de la France, en moyenne un peu plus à l'ouest du pays. La version GFS est plus chaude avec des géopotentiels plus importants, que ce soit dans sa version déterministe comme sa version probabiliste. Un éventuel décrochage de goutte froide n'est pas exclu, comme le montre la carte du GFS déterministe ; alors que la moyenne de l'ensemble GFS ne présente pas une réelle goutte froide. Mais si on regarde bien, il y a un renflement au niveau de l'Espagne, qui traduit l'existence de scénarios proches de la version déterministe. Côté CEP, il n'y a pas d'anomalie à ce niveau là. Ce qui diffère en revanche les deux modèles, c'est la localisation des minimums dépressionnaires polaires : CEP dans ses deux versions propose un minimum à l'est/nord-est de l'Islande, avec un renflement de géopotentiel prononcé (petit vortex secondaire), ce que ne propose pas GFS dans ses deux versions.

Enfin pour début mars, les incertitudes sont assez fortes mais sans doute moins fortes que d'habitude, compte tenu du "pattern" de géopotentiel proposé par les moyennes des sorties d'ensemble des modèles GFS et CEP. Voici les cartes valables pour le 2 mars :

La situation de blocage ne semble pas vouloir bouger, avec simplement un petit décalage vers l'Est de l'anticyclone. Les moyennes des scénarios des deux modèles sont proches, avec une belle dorsale sur l'Europe de l'ouest, et un vortex polaire bien en place... Cela se traduirait par la poursuite des conditions sèches et vraisemblablement plus douces. A suivre... !

 

 

 

Catégories

Articles récents

Articles importants

Archives par mois


Rechercher une date


Articles au hasard




L'observation météo en directparticiper » sync...
↑ nouveaux éléments ↑