• Infoclimat
    la météo
    en temps réel
    Infoclimat
  • Orly15h00, 12.4°C
    61%, 1026.8hPa
    Vent de direction NO14 km/h (raf. 32)
Bulletin d'Informations Météorologiques
Par Aurélien vendredi 4 mai 2012, 13:42

BIM n°21 du 4 mai 2012

Valable jusqu'au 14 mai 2012

 

De l'orage dans l'air...

 

Alors que l'hiver a résisté jusqu'aux environs du 25 avril, avec de fréquentes chutes de neige en montagne et parfois à assez basse altitude, la situation a complètement changé depuis avec l'influence permanente d'une goutte froide qui évolue sur le tout proche Atlantique, bloquée dans un environnement de hautes pressions, en particulier aux latitudes plus nordiques. Pour illustrer ces propos, nous vous proposons de visualiser l'évolution, toutes les 48h depuis le 28 avril (soit les 28 et 30 avril - haut, et les 2 et 4 mai - bas), les anomalies du géopotentiel à 500 hPa analysées via le modèle GFS :

Ces cartes permettent d'apprécier l'évolution des anomalies et donc des gouttes froides et bulles chaudes d'altitude. En l'occurrence, depuis maintenant 8 jours, une zone d'anomalie négative (dépression d'altitude ou goutte froide) se maintient à l'ouest du pays, provoquant un flux de sud à sud-ouest relativement doux et très humide. La carte du 30 avril révèle une certaine proximité de l'anomalie, qui a valu un épisode de fort vent de sud chaud avec Foehn en montagne, et un épisode de fortes précipitations sur le pays. La carte du 2 mai montre un éloignement temporaire de la zone d'anomalie négative, alors qu'elle semble bien se rapprocher du pays actuellement (ce vendredi 4 mai). L'ensemble des cartes montre également l'élément qui provoque ce blocage dépressionnaire : une zone d'anomalie positive tranquillement installée au sud-est du Groënland et au sud-ouest de l'Islande, donc associée à un anticyclone d'altitude.

La dépression d'altitude présente au sud-ouest de l'Europe est accompagnée d'une dépression en surface, centrée ce vendredi 4 mai à l'ouest des Cantabriques, aux confins du nord-ouest de la Péninsule Ibérique. L'image satellite visible de ce vendredi 4 mai à 11h locales permet de bien localiser cette dépression :

La dépression s'accompagne d'une perturbation (front occlus) symbolisée ici par une courbe violette, et située en fin de matinée de ce vendredi sur la façade atlantique française. A l'avant, le ciel est encore dégagé dans l'Est du pays, où une pulsion d'air chaud se produit, engendrée par un flux de sud temporaire, tandis qu'à l'arrière de l'air plus frais déboule sur le Portugal et l'Espagne. Ce contraste de masse d'air a déjà provoqué, hier jeudi 3 mai, de l'instabilité orageuse dans l'ouest du pays. C'est au tour du grand Est aujourd'hui vendredi 4 mai de subir cette dégradation orageuse, qui s'annonce assez organisée.

Au cours du week-end, la dépression d'altitude va lentement progresser vers l'est et le nord tout en se comblant. Voici la situation prévue par GFS (géopotentiel et température à 500 hPa, pression au niveau de la mer) pour dimanche 6 mai à 2h locales (00h TU) - à droite, et pour comparaison la situation de ce vendredi 4 mai à 2h locales - à gauche :

Notre dépression D encadrée en rouge se situera dans la nuit de samedi à dimanche sur le nord-ouest du pays, sous la forme d'un talweg d'altitude (comblement de la dépression). Nous retrouvons ici l'anticyclone d'altitude A au sud du Groënland, responsable du blocage. Dans le même temps, une autre goutte froide, plus vaste et issue du vortex polaire, va se diriger vers le sud et vers l'est en Mer de Norvège. Celle-ci semble forcer l'anticyclone d'altitude à se tasser, laissant un couloir dépressionnaire plus ouvert au latitudes plus méridionales. C'est ainsi que l'on surveillera pour les jours suivants la dépression de surface d qui apparaît dimanche sur le proche Atlantique, au large de l'Irlande au sud-ouest.

Ce week-end s'annonce donc perturbé sur la France avec le passage de cette goutte froide évoluant en talweg. Le flux de sud-ouest va apporter pas mal d'instabilité, avec à la clé de nombreuses averses et des orages, en particulier sur la moitié sud et la moitié est du pays. Pour illustrer ce caractère instable de la masse d'air, nous vous proposons les cartes suivantes provenant du modèle GFS :

Il s'agit des prévisions, pour les 4-5-6 mai à 17h locales, de deux paramètres très consultés pour la prévision des orages : l'indice CAPE (énergie convective disponible, qui donne une idée de l'énergie disponible lorsqu'un péhnomène de convection s'enclenche avec bourgeonnement d'un cumulus) et l'indice LI (indice de soulèvement, qui donne une idée du forçage attendu pour initier la convection). Ces indices montrent pour vendredi 4, samedi 5 et dimanche 6 mai que la situation est favorable au déclenchement de phénomènes convectifs (averses, orages) sur une grande partie du pays, notamment ce vendredi du Massif-Central au nord-est, ainsi que samedi sur approximativement les mêmes régions. Pour dimanche, avec une masse d'air déjà rafraîchie, les indices sont plus faibles et plutôt représentatifs d'une traîne d'air froid.

Pour la suite, les modèles commencent à diverger légèrement mais la situation semble s'arranger par le sud, même si un temps perturbé semble acquis jusqu'en milieu de semaine prochaine. Analysons la situation prévue par les deux modèles principaux GFS et ECMWF, pour mercredui 9 mai 2012 à 2h locales (00h TU) :

Les géopotentiels à 500 hPa sont prévus à la hausse sur le sud et l'est de l'Europe, avec notamment le gonflement d'un puissant anticyclone sur le sud de la Russie. Dans le même temps, la dépression d'altitude nord-européenne devrait évoluer au nord ou au nord-ouest des îles britanniques, dirigeant ainsi un flux d'ouest à sud-ouest sur le pays. De nouvelles perturbations sont donc attendues sur une large moitié nord en début et milieu de semaine, seul le pourtour méditerranéen semble rester à l'écart de ces perturbations. La flèche rouge indique le sens du flux à échelle synoptique, et indique l'advection d'air plus chaud sur la Péninsule Ibérique et le sud de la France, et de manière plus générale sur le bassin méditerranéen. L'anticyclone nordique est prévu (par nos deux modèles) de se tasser entre Terre-Neuve et le sud du Groënland, affaibli par deux zones de basses pressions, l'une située sur l'Atlantique (identifiée par la lettre D) et l'autre située au nord du Canada (non identifiée ici).

Pour les jours suivants, la situation reste incertaine mais on peut d'ores et déjà dégager une tendance avec les sorties de modèles de ce vendredi. Analysons ensemble les prévisions des modèles déterministes et ensemblistes GFS et ECMWF pour lundi 14 mai à 2h locales (00h TU), soit à échéance de +240h. Voici les cartes des champs d'altitude et de surface du modèle GFS déterministe (haut, gauche) et ensembliste (bas, gauche) ; et du modèle ECMMWF déterministe (haut, droite) et ensembliste (bas, droite) [notons que la sortie ensembliste correspond à la moyenne des scénarios du modèle d'ensemble]  :

 

La situation semble évoluer en "Omega", avec la présence probable d'une puissante dorsale anticyclonique d'altitude depuis le Maghreb jusque sur l'ouest de la France, et deux anomalies (gouttes froides ou talwegs d'altitude) de part et d'autre, l'une sur l'Atlantique nord et l'autre sur l'Europe centrale. La sortie déterministe du modèle GFS est relativement extrême avec une dorsale puissante et protectrice, mais cette sortie est plutôt proche de la sortie ensembliste de ce même modèle. En revanche, le modèle européen CEP, dans sa version déterministe, tranche un peu plus avec une goutte froide prononcée et isolée sur l'Europe du Nord, et une dorsale peu puissante sur l'Europe de l'ouest. Néanmoins la tendance qui se dégage est plus sèche pour la fin de semaine prochaine et début de semaine suivante, avec le retour de conditions nettement plus anticycloniques sur le pays, notamment sur le sud et l'ouest. La masse d'air devrait également être plus chaude. On peut donc s'attendre, à ce stade, à une période plus estivale qu'automnale ou hivernale, avec de la douceur potentiellement marquée et l'absence de perturbations dignes de ce nom. Cela n'exclut évidemment pas la formation d'orages par évolution diurne par exemple.

En attendant que la situation se précise, nous devons donc patienter et déjà laisser passer cette période de temps perturbé, pluvio-orageux, attendu ce week-end et jusqu'en milieu de semaine prochaine... La suite au prochain BIM ;)

 

 

 

Catégories

Articles récents

Articles importants

Archives par mois


Rechercher une date


Articles au hasard




L'observation météo en directparticiper » sync...
↑ nouveaux éléments ↑