• Infoclimat
    la météo
    en temps réel
    Infoclimat
  • Orly - Athis-Mon.13h00, 11.3°C
    75%, 998hPa
    Vent de direction SSO36 km/h (raf. 72)
Vous aimez ce que nous faisons ? La période des adhésions à l'Association débute.
Soutenez Infoclimat, adhérez à l'Association pour 2017 Cliquez ici pour lire notre message
Bilan du 28 février 2010 : Tempête Xynthia
Par Laurent dimanche 28 février 2010, 23:59

TEMPÊTE XYNTHIA :

4 DEPARTEMENTS EN VIGILANCE ROUGE,

62 DEPARTEMENTS EN VIGILANCE ORANGE !

ET UN BILAN DRAMATIQUE : 53 MORTS ET 7 BLESSES GRAVES

 

 

 

ce bulletin résume au mieux ces deux journées par tranche de 3h.

Merci à tout ceux qui m'ont aidé à la réalisation de ce bulletin par la communication des différents relevés, cartes et informations.

 

 

 

Instauré après les tempêtes de 1999, le système de vigilance de Météo France destiné à mieux informer le grand public sur les risques météo n'a viré au rouge qu'une seule fois pour le vent; c'était le 24 janvier de l'année dernière lorsque KLAUS avait contraint l'institution a placé 8 départements sur le seuil maximum du risque.

Avec l'arrivée de XYNTHIA, Météo France affiche à nouveau la couleur la plus critique pour 4 départements du Centre Ouest et active la vigilance orange pour 69 autres.

 

 

 

 

 

 

I) Voici la chronologie d'une tempête annoncée :

 

Nous sommes samedi 27 février 2010, il est 6H du matin !

 Depuis plusieurs jours, les modèles s'accordaient pour voir à moyen terme le creusement d'une violente tempête. En effet, La présence nettement plus au Sud qu'habituellement d'un courant Jet associé en basse couche à un air extrêment doux. C'est l'intercation entre cet air chaud de basse couche et le courant Jet qui le surplombait qui est à l'origine de la dépression. Mais la présence très méridonale de ce conflit assurait une immense réserve d'air chaud, donc un potentiel en énergie anormalement élevé, source de ce creusement explosif. 

Cette tempête est donc née durant la nuit au large des Açores. Elle est aussitôt baptisée du joli nom de "XYNTHIA"; Joli nom pour une méchante dépression à creusement explosif. 

 

 

A partir de ce moment là, les prévisionnistes météo ne vont plus la quitter des yeux et voient déjà en elle une tempête d'une ampleur peu fréquente au point qu'à cette heure précoce de la journée, ils décident de placer 66 départements en vigilance orange!

 

 

En matinée, la dépression se rapproche de la Corogne. Son creusement s'accélère, elle a perdu 25 HPA en 12 heures et pointe à 970 HPA à 12h UTC dans les parage de la Corogne.

 

 

Le Portugal et l'Espagne sont aux premières loges. Placés en vigilance rouge, ces deux pays sont soumis à des rafales de plus de 150 km/h pendant plusieurs heures. Les dégâts sont importants et les services météo respectifs ont enregistrés 143 km/h à Pampilhosa da Serra dans l'intérieur du Portugal, 146 km/h à Vigo en Galice espagnole, 174 km/h à Oiz, 172 km/h à Cerroja, 158 km/h à Beluntza, 196 km/h à Lardeira et 228 km/h à Orduña au Pays Basque Espagnol.

 

Les valeurs enregistrées sur la péninsule ibérique confortent les prévionnistes français dans leurs pronostic : Sans être la tempête du siècle, XYNTHIA sera bien plus qu'une banale tempête d'hiver, d'autant qu'elle poursuit son creusement en approchant notre pays.

 

 

Samedi 27 février, il est 16h !

 Météo France place 4 départements en vigilances Rouge : Les Charentes Maritimes, la Vendée, les Deux Sèvres et la Vienne !

On redoute des vents généralisés de 120 à 150 km/h sur ces départements. Phénomène aggravant, La dépression va toucher nos côtes à l'heure de la marée haute avec un coefficient de 102 et le niveau de pression extrêmenent faible va provoquer une surélévation du niveau de la mer.

Les 62 autres départements restent en vigilance orange.

 

 

La pression atmosphérique amorce sa baisse à vive allure, les isobares commencent à prendre une orientation nettement  Sud / Nord. On perd près de 10HPA en 3h sur le Centre Ouest... Et la tempête est encore loin.

 

 

 

 

 

 

Samedi 27 février, il est 19h, les choses sérieuses commencent ! 

A 18h UTC, XYNTHIA est centrée sur la pointe de la Corogne par 970 HPA, elle s'apprête à remonter tout droit vers le Nord pour toucher notre pays en cours de nuit quelques part vers la Vendée ou les Pays de Loire.

A ce moment là, les premiers éléments se déchaînent sur le Sud Ouest et surtout sur la chaine Pyrénéenne. Entre 18h et 21h, les vents de Sud soufflent en tempête dans toutes les vallées idéalement orientées et dépassent les 200 km/h sur les crêtes.

Les plus fortes rafales sont alors controlées à 115 km/h à Oloron Sainte Marie, 133 km/h à Bustince, 146 km/h à Luchon, 150 km/h sur le plateau de Beille, 166 km/h à Loudervielle et 237 km/h au Pic du Midi de Bigorre.

 

Cette tempête de foehn (puisque c'est bien de celà qu'il s'agit) fait ses premiers dégâts en vallée d'Aspe où à Saint Lary, et déjà sa première victime à Luchon. Un homme est tué par la chute d'un arbre déraciné par le vent.

 photo journal Sud ouest

 

Durant cet épisode de foehn tempétueux, la température gagne subitement 11° en une heure à Pau  passant de 13° à 20h30 à 24° à 21h30, tandis que l'humidité passait de 72% à 29%. Même chose à Tarbes où la température passe de 11.5° à 18h à 21.5° à 19h avec un taux d'humidité relative qui s'abaisse de 74% à 32% !

 A cet égard, les graphes de la station de Soumoulou sont éloquants. A mesure que la pression baisse, le vent se renforce, l'humidité s'effondre et la température s'envole!

 

Par ailleurs, cette tempête draine en basse couche une extraordinaire douceur. La carte des températures pour cette heure à cette époque de l'année est plus que remarquable puisqu'un grand quart Sud Ouest affiche plus de 10°, y compris sur les hauteurs du Massif Central!

 

 

 

Samedi 27 février, il est 21h !

Face à la violence du vent y compris en vallées, Météo France vient de placer en vigilance orange les départements de la chaine pyrénéenne. Les premiers dégats apparaissent sur les stations de sports d'hiver; certains sont considérables, la station de Peyragude par exemple ne pourra pas ré-ouvrir d'ici la fin de la saison, ouverture compromise pour Hautacam... et que dire de l'église de Lys dans les Pyrénées Atlantiques!

 

 

La dépression continue son chemin vers le golfe de Gascogne qu'elle traverse à 22h. La pression mesurée par la bouée météorologique rapporte 969 HPA. Dans l'après midi, elle a perdu 9,8 HPA en 3 heures avant l'arrivée ducreux dépressionnaire.

Chez nous, la pression baisse régulièrement mais inexorablement et les isobares se font de plus en plus ressérés, bien orientés Sud/Nord.

Les vents toujours aussi puissants sur la barrière pyrénéenne s'en prennent à présent au Massif Central où la aussi les vallées idéalement orientées et les plateaux sont balayés par des rafales tempétueuses. Là aussi, les premiers dégats apparaissent avec par exemple des toitures envolées (le collège de Saugues en Haute Loire) ou des arbres déracinés comme à mauriac. 

 

Entre 19 et 21h, elles sont mesurées à 108 km/h à Millau et Mauriac, 126 km/h à Aubrac, jusqu'à 156 km/h à La Salle Prunet en Lozère !

 

 

Samedi 27 février, il est minuit !

La tempête XYNTHIA aborde le pays au niveau de l'embouchure de la Loire à 969 HPA, l'enroulement est à présent de plus en plus net sur l'animation satellite!

 

Les gradients de pressions sont toujours extrêmement ressérés, source de vents violents. Ils commencent à affecter les régions Centre Ouest et les premières rafales à 100 km/h viennent de se produire sur Oléron! En revanche, sur la barrière pyrénéenne où les isobares commencent à se relacher, le vent baisse en intensité.

 

Vers les 2/3h du matin, un autre élément va entrer en compte. Avec l'orientation des vents à l'Ouest, la surcôte dûe à une faible pression et des vagues de 4 à 5m, la mer va envahir et inonder toutes les zones littorales. Nous sommes en pleine nuit, la situation va malheureusement rapidement tourner au drame. Comment se sauver quand il fait nuit et qu'on est surpris en plein sommeil....

 

 

 

Et la vitesse du vent se renforce de minutes en minutes, à 2h du matin, on atteint déjà 107 km/H à La Roche sur Yon, 109 km/h à Chateau d'Olonne, 110 km/h à Scillé, 127 et 144 km/H sur l'île d'Oléron et 160 km/h à Saint Clément des Baleines sur l'île de Ré. Il se maintient sur le Nord du Massif Central et la Gironde (122 km/h au sommet du Puy de Dôme et 130 km/h à Vernines, 111 km/h à Belin Beliet, 120 km/h à Bordeaux, 122 km/h à Biscarosse), mais commence à faiblir sur le Sud du Massif Central et sur la barrière pyrénéenne!

 

 

Et l'image satellite est magnifique ! L'oeil est à présent bien visible !

 

 

 

Nous sommes à présent dimanche 28 février, il est 3h du matin :

 XYNTHIA est maintenant centrée sur la Loire Atlantique (969 HPA à Saint Nazaire). Les isobares sont particulièrement resserrés au dessus des départements en vigilance rouge. Les rafales vont alors être à leurs paroxisme sur ces régions.

Les éléments se calment à présent sur les Pyrénées et s'assagissent nettement sur l'ensemble du Massif Central mais continue à largement dépasser les 100 km/h de l'embouchure de la Garonne à la Vendée et au Centre! On relève 105 km/h à Saint Emilion, 101 km/h à Vendays Montalivet, 103 km/h à Saint Martial (24), 109 km/h à La Rochelle, 113 km/h à Montmorillon, 118 km/h à Poitiers, 122 km/h à Fontenay le Comte, 127 km/h à Chassiron, 130 km/h à Scillé, 137 km/h à Royan et Saint Gemme, 151 km/h sur l'île de Ré!

 A ce moment là, les digues qui protègent Aiguillon sur Mer et Faute sur Mer cèdent en plusieurs endroits sous les assauts d'une mer déchainée. L'eau envahit les rues et les maisons de ces régions. La situation devient angoissante, mais on n'imagine pas encore le spectacle que le jour levé nous réservera. A La Rochelle, le port est saccagé, des bateaux se retrouvent délicatement posés sur les quais.

 

Et la dépression continue son advection d'air remarquablement doux. Les températures ne cessent de monter depuis hier soir. En plein coeur de la nuit, il est relativement rare d'avoir une telle poche de "chaleur" en plein centre du pays. 

 

Quant à la pression atmosphérique, elle continue de baisser sur le Nord avec l'approche du coeur de la tempête, en revanche, sur le Sud, la hausse est à la fois très forte et très rapide (jusqu' à 10HPA en 3 heures) ce qui explique la violence du vent.

 

 A 5h du matin, la dépression est centrée sur le Calvados et le vent amorce sa rotation au Nord Ouest sur le littoral.

 

 

Peu avant le lever du jour, les vents les plus forts gagnent vers le Centre du pays avec 117 km/h à Melle, 128 km/h à Felletin, 116 km/h à Chateauroux, 122 km/h à Blois, 114 km/h à Orléans, 114 km/h à Cholet, 133 km/h à Bressuire et 161 km/h à Scillé (Deux Sèvres) !

 

Sur les aéroports parisiens, où les vents se renforcent de plus en plus, le trafic déjà bien perturbé va subir d'énormes retards et de nombreuses annulation de vols. Ceux qui ont réussi à atterir avant le gros de la tempête restent bloqués des heures dans les avions, l'utilisation des passerelles de débarquement étant trop dangeureuse. La situation restera très perturbée sur l'ensemble des pateformes aéroportuaires de Paris pour toute la journée.

 

 

Nous sommes dimanche 28 février, il est 6h du matin !

Centrée par 970 HPA sur la Basse Normandie, la zone de vents les plus forts est sur le point de gagner l'Ile de France alors que leurs intensités baissent sur les rivages de l'Ouest, les isobares se desserant sur la carte zoomée des pressions.

 

 La carte Météo Alerte est remarquable. Même à l'intérieur des terres, les rafales dépassent les 110 km/h de façon quasi généralisée et s'accompagnent de bonnes pluies sur une large moitié Nord du pays qui auront laissé 41 mm dans les pluvios de Saint Brieuc, 34 mm pour Lannion, 28 mm pour Brest et Groix, 16 mm à Metz, 13 mm à Angers.

 

C'est l'heure de la réactualisation de la carte de Vigilance. Si nos 4 départements restent toujours sous le seuil de la vigilance maximale, en revanche sur certains départements du bordelais à Rhône Alpes, la vigi orange n'est plus justifiée, les éléments y sont à présents totalement appaisés. Le Finistère et la Gironde bascule en revanche en vigilance crue. Les pluies de la nuit gênées dans leurs écoulement par un fort coefficient de marée font redouter des crues.

 

Le trafic ferroviaire qui avait été suspendu dès hier soir sur les régions de l'Ouest, conséquence du déclenchement de l'alerte rouge, le restera une bonne partie de la journée notament sur les lignes allant vers Nantes et Poitiers. Sur la ligne Paris Toulouse, les trains sont bloqués à Limoges, des arbres étant tombés sur les voies et les catenaires. De même sur la ligne Nantes Bordeaux. Ailleurs, sans être totalement bloqué, le trafic en est fortement perturbé et réduit à son strict minimum, nombres de trains ayant été supprimés. 

 

Nous venons de voir avec ces cumuls que les pluies les plus actives se trouvaient dans la partie Ouest et Nord de la dépression, les vents les plus violents dans sa partie Sud et Est. La forte houle sur la Bretagne et la Manche associée à la surcote de basse pression et à un coefficient de marée des plus élevés freine l'écoulement des eaux fluviales. Là aussi, sans êter aussi dramatiques qu'en vendée et Charente Maritime, les inondations perturbent la vie quotidienne comme à Yffiniac dans les Côtes d'Armor ou à Guingamp!

 

Au lever du jour, les vents les plus forts sur le Centre et le bassin parisien soufflent à 100 km/h à Montluçon, 108 km/h à Lurcy Levis, 118 km/h à Clamecy, 122 km/h à Auxerre, 127 km/h à Nangis, 106 km/h à Orly, 116 km/h au Parc Saint MAur, 155 km/h au sommet de la Tour Eiffel... et 118 km/h sur les crêtes vosgiennes au Markestein!

 

En ce début de journée, l'advection chaude liée à la tempête ne concerne plus que les régions Est du pays, de la Champagne à la vallée du Rhône. A l'arrière, avec la bascule des vents au Nord Ouest, un air nettement plsu frais envahi le pays, le contraste est saisissant avec 5/6° sur le Nord Ouest contre 12/13° sur le Nord Est !

 

Les premières images de ce qui va devenir une catastrophe nationale nous arrivent. L'eau est partout !  Jusqu'aux toits des maisons! Elle a tout emporté ! Tout les moyens réquisitionnés par la mise en oeuvre de la vigilance rouge sont déjà à pied d'oeuvre pour sauver les habitants prisonniers des eaux.

 

 

 

 

Dimanche 28 février, il est 9h !

 La tempête est à présent centrée sur le Nord Pas de Calais et commence à se combler petit à petit. Nénamoins, elle affiche toujours 972 HPA. C'est à présent sur le bassin parisien que les isobares sont les plus resserrés, mais la pression remonte partout.

 

 

 

Les images de régions totalement dévastées nous arrivent de partout! Elles sont toutes plus spectaculaires les unes que les autres.... Mais bien plus inquiétants, face à ce désastre, les autorités se montrent très inquiètent.!

  

 

 

 

Les vents sont à présents orientés à l'Ouest jusque sur le bassin parisien, ils le sont encore au Sud sur la Champagne et les Ardennes. A 9h, les rafales les plus fortes sont de 149 km/h sur les crêtes du Markstein, 103 km/h à Nancy, 144 km/h à Celle sur Ource (10), 131 km/h à Chouilly. Quelques minutes auparavant, on en relevait encore à 125 km/h à Bourges et 136 km/h à Aubigny sur Nère!

 

A la vue de ces valeurs, si la vigilance orange est encore justifiée, la vigilance rouge est définitivement levée pour les départements concernés!

 

Dans son déplacement, XYNTHIA sème le désastre comme ici sur les plages de Vendée ou à NESPLOY (45)...

Xynthia : l'érosion en marche

 

 

 

 

Dimanche 28 février, il est midi !

L'heure du JT est bientôt là, et les premieres vidéos tournées par les équipes sur place rendent mieux compte de la situation. Les zones littorales sont totalement dévastées et ce que redoutait la sécurité Civile le matin en se rendant sur place se confirme. Le bilan humain sera malheureusement bien plus lourd. Il s'établit déjà à une dizaine de victimes tout en étant que provisoire. 1,3 million de foyers sont sans électricité.

 

 

Le centre dépressionnaire tempétueux s'évacue à présent vers le Bénélux tout en se comblant lentement.

 

 

 

A 12h,  les vents sont en voie d'affaiblissement, on relève les dernières violents rafales près des frontières du Nord Est avec 111 km/h à Metz, 114 km/h à Nancy et Douzy. Mais en cours d'après midi, ils atteindront encore 111 km/h à Abbeville, 126 km/h à Troyes, 144 km/h à Celles sur Ources (10), 148 km/h à Chouilly (51) et 171 km/h sur les crêtes du Markstein!

 

 

 Là aussi des dégats sont à déplorer comme ici à Douzy et Lille !

 

 

 

 En fin d'après midi, cette tempête quitte définitivement notre pays pour gagner l'Allemagne, la Belgique et les Pays Bas. Bien qu'en léger comblement, elle n'en garde pas moins une extraordinaire énergie et va laisser là aussi de nombreux dégats et des victimes supplémentaires. En Allemagne où les vents ont atteints 163 km/h à Weinbiet, 137 km/h à Feldberg, on dénombre 5 morts et de nombreux dégats comme à Trier, Karlsruhe ou Mayence.

 

 

 

72 heures après le passage de la tempête, 22 000 foyers étaient toujours privés d'électricité, 50 000 abonnés au téléphone n'avaient touours pas de tonalité et plus de 45 000 hectares étaient toujours inondés par l'eau de mer qui est entré jusqu'à 5 km à l'intérieur des terres.

Au delà de ces dégats matériel, le bilan 3 jours après le désastre s'élève à 53 morts, 7 blessés et des milliers de têtes de bétail ont péri noyées.

 

II) LA CARTE DES VENTS

Merci à Marc09 pour la réalisation de cette carte à partir des données de Météo France sur une cartographie Infoclimat!

 

 

 

========================

III) LA TEMPETE XYNTHIA SOUS LES DEPECHES DES AGENCES DE PRESSE

Reuters 27 fev 2010, 21h

Tempête annoncée en France, les intempéries font trois morts

Les intempéries qui ont commencé en France samedi soir ont fait trois morts, apprend-on auprès des préfectures.

 

Deux hommes qui auraient été emportés par une vague ont été retrouvés morts samedi en fin d'après-midi, au large de Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), près de La Baule, a-t-on appris à la préfecture.

Par ailleurs, un homme a été tué par la chute d'un arbre à Luchon (Haute-Garonne) et un autre a été légèrement blessé, a-t-on appris auprès de Anne-Gaëlle Beaudoin, sous-préfet.

Selon un témoin oculaire, les deux hommes morts en Loire-Atlantique seraient des pêcheurs à pied "partis de façon imprudente pêcher sur les rochers", a déclaré à Reuters Jean-Philippe Trioulaire, sous-préfet. Leur matériel a été retrouvé sur place par les gendarmes.

"On peut envisager toutes les suppositions, mais il est vrai que les conditions atmosphériques n'étaient pas propices et idéales à la pratique de ce sport", a dit le sous-préfet.

Une "tempête de forte ampleur" est attendue cette nuit en Loire-Atlantique, selon la préfecture, avec des rafales de vent allant de 130 à 140 km/h sur le littoral et 120 à 125 km/h à l'intérieur des terres. Une "crue modérée" de la Loire est également prévue.

Météo-France a publié un bulletin de vigilance rouge pour les quatre départements des Deux-Sèvres, de la Vendée, de la Vienne, de la Charente-Maritime.

La dépression doit frapper les Pays de Loire puis le nord du pays dimanche matin. Des vents très forts, voire violents, étaient prévus au nord d'une ligne Arcachon/Brive.

Le match de football de Ligue 1 Le Mans-Bordeaux a été annulés, ont annoncé les deux clubs. Plusieurs trains de nuit au départ de Paris-Austerlitz ont été annulés, a annoncé la SNCF.

Les vents les plus forts devaient toucher après minuit la Charente-Maritime et la pointe du Médoc puis les Deux-Sèvres et la Vienne, avec des rafales autour de 130 km/h dans les terres, pouvant atteindre voire dépasser les 150 km/h sur le littoral, dit Météo-France.

Plus au sud, l'organisme public a prévu des rafales de 100 à 120 km/h dans l'intérieur, et de 120 à 140 km/h sur le littoral du sud au nord de la Gironde.

==========

Reuters 28 fév 2010, 14h

Au moins 15 morts lors du passage de la tempête Xynthia

Au moins quinze personnes ont trouvé la mort samedi et dimanche lors du passage de la tempête Xynthia, qui a provoqué de très importants dégâts matériels sur la façade atlantique.

LA TEMPÊTE XYNTHIA A FAIT AU MOINS 15 MORTS Agrandir la photo

 

Selon ErDF, la filiale de distribution d'électricité d'EDF, près d'un million de foyers étaient privés d'électricité dimanche à la mi-journée sur tout le territoire.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a annoncé que "des forces de sécurité civile (avaient) été mobilisées par le ministère de l'Intérieur pour soutenir les efforts des pompiers en particulier dans les départements du littoral".

Xynthia, qui a frappé dimanche l'Ile-de-France avant de se diriger vers l'est de la France, la Belgique et le Luxembourg, est une "tempête d'une ampleur et d'une intensité peu communes", selon Météo France.

Elle devrait cependant "être moins forte que celles de décembre 1999" qui avait causé la mort de plus de 90 personnes en France, précise l'organisme dans un communiqué.

Pour la première fois depuis les deux tempêtes de 1999, baptisées Lothar et Martin, quatre départements avaient été placés en "vigilance rouge" (Deux-Sèvres, Vendée, Vienne, Charente-Maritime).

A la mi-journée dimanche, une cinquantaine de départements restaient en "vigilance orange" principalement dans l'est du pays et le "niveau de vigilance demeure élevé pour les cours d'eau bretons", précise Météo France.

Des rafales de vent allant de 130 à 140 km/h ont été enregistrées samedi sur le littoral et 120 à 125 km/h à l'intérieur des terres.

La tempête a perturbé les transports, provoquant d'importants retards sur le réseau TGV vers l'ouest de la France et l'annulation de vols à Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle.

Au moins sept personnes sont décédées en Vendée, où les vents violents se sont combinés à un très fort coefficient de marée, provoquant par endroits des mini-raz de marée, notamment près de La Rochelle.

Le préfet Jean-Jacques Brot a dit sa crainte de voir ce bilan s'alourdir dans la journée. "La montée des eaux, de 50 cm à 1,50 m, a été très rapide", a expliqué à Reuters son directeur de cabinet, Frédéric Rose.

PAS ENCORE D'ÉTAT DE "CATASTROPHE NATURELLE"

Quelque 70 personnes ont déjà été évacuées sur l'ensemble du département, où 450 pompiers et 200 gendarmes sont à pied d'oeuvre.

Deux hélicoptères de la sécurité civile et de la gendarmerie survolent la zone, afin de procéder à des hélitreuillages si besoin.

En Charente-Maritime, qui avait payé le plus lourd tribut humain en 1999, au moins cinq personnes ont été tuées, principalement des personnes âgées qui ont été prises au piège par la montée des eaux.

Au total, "117 sauvetages ont été réalisés dans la nuit en particulier sur les zones côtières où les dégâts sont très importants", a-t-on précisé à la préfecture de Charente-Maritime.

Onze hélicoptères sont mobilisés et des renforts militaires sont attendus dans la journée.

Samedi, on avait recensé deux morts en Loire-Atlantique, des pêcheurs à pied qui auraient été emportés par une vague provoquée par les vents de Xynthia, et un homme tué par la chute d'un arbre en Haute-Garonne.

Sur Europe 1, Christine Lagarde a estimé qu'il fallait attendre "que la tempête soit passée" pour prendre un arrêté de catastrophe naturelle, qui détermine en partie l'intervention des assureurs.

Dans un communiqué, elle les appelle à une "mobilisation exemplaire afin d'accélérer les procédures d'indemnisation et de réparation, et afin de permettre l'envoi dès que possible d'experts dans les zones concernées afin d'évaluer les dégâts".

===========

 Reuters28 fév 2010, 16h

Des vols Air France annulés à cause de la tempête

La tempête qui frappe la France a conduit Air France à annuler plus d'une centaine de vols dimanche mais ce chiffre devrait augmenter avant la fin de la journée.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne recommande aux passagers de vérifier sur son site internet le maintien de leur vol.

"A l'aéroport de Paris-CDG, les vents forts constatés depuis ce matin ont contraint Air France à annuler plus d'une centaine de vols. Dans l'après-midi, la compagnie devra annuler d'autres vols", précise le texte.

Les vents forts qui ont atteint l'Ile-de-France dimanche matin ont provoqué d'importants retards dans les aéroports d'Orly et de Roissy, selon Aéroports de Paris qui fait état de 63% de vols retardés d'environ 79 minutes en moyenne à Roissy.

Autre conséquence de la tempête, "des éléments de la toiture en extrémité du terminal 2 E tendent à se désolidariser nécessitant un aménagement des accès au terminal", précise ADP dans un communiqué. "Les pompiers sont en train d'intervenir pour sécuriser la toiture".

A Orly, la situation était de retour à la normale depuis la mi-journée.

 =========

 AP  28 fév 2010, 17h

La tempête Xynthia perturbe les liaisons ferroviaires et routières

  • Les vents violents de la tempête Xynthia ont perturbé les déplacements dimanche, notamment dans le sud-ouest et l'est de la France. Des trains circulaient avec trois heures de retard, des vols étaient retardés ou annulés, notamment à Roissy-Charles de Gaulle, et des routes étaient fermées à cause d'inondations ou de chutes d'arbres.

Les TGV Paris-Strasbourg-Paris et ceux à destination de Sarrebourg et Forbach, circulaient ainsi avec des retards pouvant atteindre respectivement trois et deux heures, selon la SNCF. Les trains empruntant la ligne classique entre Châlons-en-Champagne et Paris accusaient également des retards, variables selon l'importance des réparations à effectuer, et le réseau TER de l'Est était également perturbé.

Sur les axes ouest, sud-ouest et sud-est, la situation revenait progressivement à la normale, à l'exception de la liaison entre Nantes et Bordeaux qui sera rétablie mercredi, a précisé la SNCF.

Dans l'après-midi, la circulation des trains sur le réseau Transilien était quasiment revenue à la normale à l'exception de la ligne Ermont-Valmondois où le trafic était suspendu jusqu'à dimanche soir. Les retards devaient progressivement se résorber en soirée, alors que des équipes ont été envoyées sur le terrain, s'efforçant de dégager les voies le plus rapidement possible, selon la SNCF.

Orly et Roissy enregistraient des retards d'environ une heure sur les vols au décollage et à l'arrivée, mais la situation était en voie d'amélioration dans l'après-midi, selon Aéroports de Paris. Les règles de sécurité interdisent d'accoster une passerelle à un avion lorsque les rafales de vent dépassent les 100km/h.

Trois vols ont été annulés entre Bordeaux et Roissy-Charles de Gaulle (au départ et à l'arrivée), selon l'aéroport de Mérignac. Trois retards étaient enregistrés: deux Bordeaux-Roissy et un Orly-Bordeaux.

Air France a annoncé dans un communiqué que les vents forts avaient contraint la compagnie à annuler plus d'une centaine de vols à l'aéroport de Roissy, et a recommandé à ses passagers de ne pas se rendre dans les aéroports avant d'avoir vérifié sur son site internet le maintien de leur vol.

A Nantes, le trafic aérien a été ralenti à cause des mauvaises conditions météorologiques à Paris, selon l'aéroport Nantes Atlantique. Une rotation Paris-Nantes-Paris a été annulée.

Les vents violents avaient des conséquences aussi sur les routes.

En Loire-Atlantique, le pont de Noirmoutier était fermé à la circulation de tous les véhicules, selon le Centre national d'information routière (CNIR). En Charente-Maritime, à cause d'inondations, l'autoroute A837 était coupée dans les deux sens entre La Rochelle et Rochefort. Dans les Côtes d'Armor, également à cause d'inondations, la nationale N12 était coupée à hauteur de Coetmieux dans le sens Rennes-Brest.

En région parisienne, comme des arbres arrachés menaçaient de tomber sur la chaussée, la N18 était fermée préventivement dans les deux sens entre Saclay et Palaiseau (Essonne). AP

=============

 AP  28 fev 2010, 18h

Le passage de la tempête Xynthia a fait au moins 40 morts en France

  • Le passage de la tempête Xynthia dans la nuit de samedi à dimanche en France a fait au moins 40 morts, dont 29 en Vendée, et 59 blessés légers, dont trois sapeurs-pompiers, a-t-on appris auprès du commandant Samuel Bernès, porte-parole de la Sécurité civile.

 

 

Outre les 29 décès en Vendée, on en recense six en Charente-Maritime et deux en Loire-Atlantique, essentiellement par noyade, a-t-il précisé. Un couple de personnes âgées a succombé à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) à une intoxication au monoxyde de carbone après avoir utilisé un groupe électrogène défectueux, suite à une coupure d'électricité.

Un homme a également été tué par la chute d'une branche à Luchon (Haute-Garonne) et un autre a été mortellement percuté à Saints-en-Puisaye (Yonne) par un "élément d'un hangar" qui avait été soufflé par la tempête, d'après la préfecture.

Au total, depuis le début de la tempête, les sapeurs-pompiers ont effectué au moins 25.000 interventions, a souligné le commandant Bernès. Outre les moyens locaux, la Sécurité civile a envoyé des moyens nationaux: 300 sapeurs-sauveteurs de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) et de Brignoles (Var), revenus d'Haïti, ainsi que six hélicoptères de secours et une vingtaine de moto-pompes, pour l'essentiel en Vendée et en Charente-Maritimes, départements les plus touchés. AP

 

 

 =============

AP 2 mars 2010, 17h15

Xynthia: au-delà du bilan humain, les conséquences matérielles s'annoncent lourdes pour la Vendée et la Charente-Maritime

Quarante-huit heures après le passage de la tempête Xynthia sur le littoral atlantique qui a fait au moins 52 morts, selon un dernier bilan, l'heure était toujours mardi au nettoyage et au question sur les conséquences économiques, notamment pour les deux départements les plus touchés, la Vendée et la Charente-Maritime.

Dans le sud de la Vendée, où au moins 34 personnes ont trouvé la mort, notamment dans les villages de L'Aiguillon-sur-Mer et de La Faute-sur-Mer, plus de 250 sauveteurs étaient toujours mobilisés, notamment 45 plongeurs qui continuaient à sonder les maisons submergées, aidés de près de 200 gendarmes et de deux hélicoptères.

Sur un plan agricole, les dégâts sont extrêmement importants. Près de "4.500 hectares ont été submergés autour de L'Aiguillon-sur-Mer ainsi que 2.000 hectares dans le marais breton au nord du département", a indiqué à l'Associated Press Jean-Paul Goutines du syndicat agricole FRSEA des Pays-de-la-Loire. "Ce n'est pas une inondation classique", a-t-il précisé, "le sel grille toutes les cultures et les compromet pendant un an ou deux".

"On estime à au moins un millier le nombre de bovins et d'ovins touchés", a noté le syndicaliste, car des troupeaux entiers d'ovins se sont faits piéger sur ces prairies utilisées toute l'année.

En Charente-Maritime, c'est le secteur ostréicole qui a subi de plein fouet la conjonction des vents violents et des grandes marées. "La filière ostréicole est totalement détruite", a noté le secrétaire d'Etat aux Transports et président du conseil général de la Charente-Maritime Dominique Bussereau, lors d'une visite dans les communes sinistrées. Son collègue de l'Agriculture Bruno Le Maire est d'ailleurs attendu mercredi pour une réunion de travail avec les ostréiculteurs et les mytiliculteurs.

"Dans le domaine agricole, nous allons évaluer l'état des terres qui ont été recouvertes par de l'eau salée comme les cultures de pommes de terre AOC dans l'Ile de Ré", a précisé M. Bussereau. Jérôme Poulard, technicien de culture à la coopérative SCA Uniré, au Bois-Plage-en-Ré, qui compte 70 exploitants agricoles, a souligné que "pour les 150 hectares de pommes de terre AOC de l'île cultivables seulement sur un périmètre délimité, c'est une catastrophe". Quant aux "600 hectares de vignes" de l'île à "15.000 euros la plantation d'un hectare, vous imaginez la perte".

Le maire de la Flotte-en-Ré, Léon Gendre, a constaté que "sur quatre kilomètres, la côte est dévastée. Tout le sentier du littoral est à reconstruire. Les pontons du port sont brisés". "En terme de reconstruction, ça dépassera le million d'euros". Du côté de la commune, on évoque une "semaine de nettoyage" avant de pouvoir commencer à réparer pour "envisager d'être opérationnel avant fin mars".

M. Bussereau a aussi noté que "l'économie touristique est fortement touchée avec les campings, les hôtels et de nombreux restaurants qui ont tout perdu". Le bilan risque d'être lourd dans ces deux régions pour le secteur du tourisme qui préparait la saison à venir.

Didier Girault, patron du centre de thalassothérapie de Saint-Marie sur l'Ile de Ré, qui a eu "par endroit deux mètres d'eau" dans son établissement, a ainsi vu "tout le central électrique détruit". Mardi matin, la centaine d'employés étaient de corvée de nettoyage, mais "nous attendons de voir avec l'Etat et les assurances pour la prise en charge de notre personnel dans l'attente de la reprise".

Alors que l'arrêté de catastrophe naturelle a été publié mardi au Journal officiel, la ministre de l'Economie Christine Lagarde a annoncé mardi l'allongement de dix à trente jours, soit jusqu'au 31 mars, le délai permettant de déclarer les sinistres qui seront indemnisés dans le cadre du régime des catastrophes naturelles. Il s'agit des dommages causés par "les inondations, les coulées de boue et les chocs mécaniques liés à l'action des vagues" pour les communes sinistrées en Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Vendée et Vienne. AP

  =============

AP 2 mars, 19h20

Tempête: 22.000 foyers toujours privés d'électricité mardi à 18h

Quelque 22.000 foyers étaient toujours privés d'électricité mardi à 18h sur l'ensemble de la France, selon ERDF (Electricité Réseau Distribution France), filiale d'EDF. Les départements les plus touchés sont la Charente-Maritime, avec 5.000 clients privés de courant ou encore l'Indre-et-Loire, 4.800 personnes et le Loire-et-Cher, 4.700.

D'après les estimations d'ERDF, il devrait rester 13.000 clients encore non alimentés aux alentours de 21h mardi.

La société précise que 360 tonnes de matériel ont été acheminées, 410 groupes électrogènes raccordés dans les lieux de vie et 30 containers "inondations" (pompe, moto-pompe, nettoyeur haute pression, matériel asséchant, etc.) livrés.

ERDF rappelle que les fils électriques tombés à terre sont dangereux et qu'il ne faut en aucun cas les déplacer. De plus, les installations intérieures ayant été submergées ne doivent pas être remises en service sans l'intervention d'un professionnel. AP

 

 =============================

IV) XYNTHIA A LA UNE DES QUOTIDIENS REGIONAUX:

 

 REVUE DE PRESSE DU LUNDI 1er FEVRIER 2010 :

 

 

 

 

 

 

 

Merci à toutes et à tous pour votre fidélité, votre participation à cette chronique.

Ce bulletin a été mis à jour le lundi 8 mars 2010 à 19h00 avec l'intégration de la carte des vents et le bilan définitif. C'est la dernière mise à jour de ce BQS qui est désormais dans sa version définitive.

Catégories

Articles récents

Articles importants

Archives par mois


Rechercher une date


Articles au hasard




L'observation météo en directparticiper » sync...
↑ nouveaux éléments ↑