connexion

  • Infoclimat
    la météo
    en temps réel
    Infoclimat
  • Orly - Athis-Mon.04h00, 6.4°C
    94%, 1018.5hPa
    Vent de direction NNE7 km/h (raf. 11)
Infoclimat est un site très visité. Mais avant tout une association à but non lucratif où votre aide est primordiale.
Soutenez Infoclimat, adhérez à l'Association pour 2020Cliquez ici pour lire notre message
Bulletin d'Informations Météorologiques
Par Stéphane samedi 21 novembre 2020, 16:51

Persistance de la douceur avant une transition vers l’hiver ?

Derrière ce titre un peu racoleur, il s’agit de déterminer si les jours à venir ne seront que le prélude à ce qui nous attends ces prochaines semaines ou si au contraire il s'agit d’une semaine de transition vers un changement de temps à l’aube de l’hiver météo. Je vais essayer d’être synthétique avec différents niveaux d’analyses, une prévision à court terme (I) mais aussi déterminer ce qui est envisageable à long terme (II) ; ne lâchez pas dès le début le plus intéressant se trouve peut-être à la fin ;).

I. Situation actuelle et prévisions pour la semaine du 23 au 30 novembre 2020

Avant d'augmenter la focale à l’échelle européenne puis française, on va s’intéresser brièvement à la situation hémisphérique afin de mieux comprendre les forces en présence. Pour ceux qui consultent régulièrement le forum, il ne fait pas de mystère que le vortex polaire est particulièrement en forme ces dernières semaines, celui-ci si situant majoritairement sur la bordure est du continent américain/Groënland. De manière simplifiée, cela se traduit par : un fort dynamisme dépressionnaire aux latitudes nordiques, de faibles ondulations et un flux de sud-ouest aux abords de l’Europe de l’ouest (gauche) ; on retrouve également la signature de ce VP concentré avec cette belle ceinture de vents zonaux visible sur la carte des vents à 500 hPa (flèches rouges) :





Revenons désormais à une vision européenne et française avec la carte satellite de ce samedi. En image, nous trouvons une situation d’école avec :
- Au nord une dépression prénommée Sarah à l’origine d’un temps particulièrement agité du nord de l’Angleterre à la Scandinavie

- Au sud, nous retrouvons une piscine de hautes pressions avec un cœur anticyclonique centré sur l’Europe centrale, il s’agit d’Udo.
- A l’interface de ces 2 acteurs synoptiques, nous retrouvons la France qui bénéficie majoritairement de la protection du bloc anticyclonique tout en étant soumis en bordure nord à quelques effluves plus perturbés. Temps frais et sec au sud ; nébuleux et doux au nord.




Ce schéma devrait perdurer toute la 1ère partie de la semaine prochaine avec le maintien d'une circulation zonale anticyclonique peu favorable à la moindre agitation.

- De lundi à mercredi, persistance d'un temps doux, sec et plutôt lumineux sur la majeure partie du pays. C'est rapide, mais il n'y pas grand chose de plus à développer ;).

- Jeudi et les jours suivants pourraient marquer une petite évolution synoptique puisqu'une goutte froide semble devoir s'échouer aux abords de notre pays. Cela se traduirait par des remontées humides par le sud-est, une légère baisse des températures sur le nord puisque le flux pourrait prendre une composante polaire en basse couche.

En images, à gauche, cette double influence de la cellule anticyclonique au nord (HGP) à l'origine du flux polaire sec/frais et au sud cette goutte froide Ibérique (BGP) susceptible d'humidifier un peu le sud-est même si l'essentiel des précipitations devraient rester cantonnées en dehors de nos frontières. A droite, la probabilité de précipitation supérieure à 3mm/jour entre mercredi et dimanche, on devine sans mal que la semaine devrait rester sèche (bas de l'échelle avec 0-35%), sauf peut-être sur le Languedoc/Cévennes où on a un petit signal pluvieux :




Bon, maintenant qu'on a fait le point sur la semaine à venir qui ne s'annonce pas emballante pour qui aime l'agitation et le froid, intéressons-nous aux évolutions possibles à l'aube de l'hiver météo. En effet, sans vous noyer sous les différences indices, on a pu voir que cette année était pour l'instant marquée par un vortex polaire concentré peu favorable aux décrochages polaires sur l'Europe de l'ouest.


II. Evolution à long terme (> J+10)

Alors, est-ce que nous avons des indices suggérant une déstabilisation du vortex polaire ? Non, pas vraiment. En revanche, on a des indices à long terme pour une évolution quant à son positionnement :

1- Ça fait quelques sorties qu'on observe une amplification côte Pacifique. Les déterministes et les ensemblistes envisagent de concert une puissante dorsale qui tenterait d'agiter notre cocotier Arctique (évolution entre situation actuelle, sans ondulation et J+10) :



2- S'il est probable que cette amplification ne parviendra pas à déstructurer le vortex, elle pourrait en revanche le conduire à se mouvoir ailleurs (Oural/Ouest EU) laissant de facto le nord Canada/Groënland respirer un peu (anomalie Z500 semaine 48 - semaine 49) :




3- Derrière cette moyenne qui évolue évidemment par petites touches, se cachent des groupes de scénarios (clusters) qui commencent à envisager autre chose qu'un règne Napoléonien d'une NAO+ (en gros un flux de SO, contours rouge). On retrouve donc des groupes de scénarios envisageant tantôt une dorsale Atlantique (flux de N - contours violet) tantôt le retour d'une NAO- (flux de NO, contours vert) :



En conclusion, le léger retrait du VP du triangle Labrador/Groënland/Islande laisse une fenêtre d'opportunité à long terme pour envisager autre chose qu'un flux de SO ad vitam æternam. A longue échéance, on observe donc une situation stable mais non figée. Décrochage polaire massif, difficile de l'envisager, en revanche un passage en flux d'O/NO ne semble pas farfelue. Le prochain Bulletin d'information météorologique sera peut-être pour très bientôt ;).

Catégories

Articles récents

Articles importants

Archives par mois


Rechercher une date


Articles au hasard




L'observation météo en directparticiper » sync...
↑ nouveaux éléments ↑