connexion

  • Infoclimat
    la météo
    en temps réel
    Infoclimat
  • Orly - Athis-Mon.15h00, 21.8°C
    44%, 1020.5hPa
    Vent de direction O14 km/h (raf. 36)
Vous en voyez souvent des sites aussi complets et compréhensibles, gratuits et sans pub ? C'est grâce à nos adhérents.
Soutenez Infoclimat, adhérez à l'Association pour 2020Cliquez ici pour lire notre message
Un week-end pluvieux et particulièrement doux avant une forte baisse des températures.
Par Stéphane jeudi 30 janvier 2020, 23:25

Un week-end pluvieux et particulièrement doux avant une probable forte baisse des températures.

Une séquence humide portée par une masse d'air d'origine subtropicale concernera notre pays de samedi à lundi inclus. La hausse progressive des températures les mènera à des valeurs très au-dessus des normales saisonnières. Des records pour un début février pourraient être dépassés dans certaines régions, essentiellement au sud. En parallèle, des pluies durables tomberont sur une large moitié nord avant le retour d'un temps plus sec par le sud lundi. Dès mardi, les températures baisseraient fortement sous un ciel perturbé alternant averses et éclaircies.


Globalement, une dorsale d'altitude s'élèvera samedi du sud des Açores en direction de la France. Son cœur se positionnera lundi vers Gibraltar. Dans le même temps, un thalweg s'enfoncera vers les Açores. Entre les deux, un vigoureux flux de S à SW remontera des régions subtropicales jusqu'au nord de la France et redescendra vers la péninsule italienne puis l'Afrique du nord. Plus tard, les hauts géopotentiels s'élèveront sur l'Atlantique nord laissant glisser sur leur flanc droit des masses d'air fraîches et humides.

Le résumé de ces prochains jours peut se faire à l'aide de cette carte de situation de ce jeudi à 22h :

Trois centres d'action nous intéressent : D, A et A2.

  • D est une dépression qui advecte et advectera de l'air subtropical humide vers le nord, suivant la longue flèche rouge. Celle-ci filera vers l'Écosse et la Scandinavie en se comblant dans le magma du vortex polaire (flèche jaune).
     
  • A est un anticyclone qui aspire l'air advecté précédemment et le fera « tourner » autour de lui. Il se décalera sur l'Espagne avant de se combler lui-aussi (flèche jaune).
     
  • A2 est un futur anticyclone, encore au stade de dorsale. Il se déplacera vers l'est pour venir occuper la position A2 et envoyant une dorsale vers l'Islande (flèche verte pointillée). Sur son flanc est, un flux de de NW se mettra en place, canalisé par un thalweg / dépression D se détachant du vortex polaire.

Ainsi, dans un premier temps, on aura une hausse des températures dans un contexte humide, jusqu'à lundi. Ensuite, une baisse sensible des températures est très probable, une fois que A2 vert et D bleue seront en place.

 

1 - Des températures de plus en plus douces sous un ciel maussade

Pour fixer les idées, voici la probabilité de températures > 20°C lundi à la mi-journée, selon IFS :

et le cumul des pluies jusqu'à lundi inclus :

En détail ...

Le déroulé jusqu'à jeudi prochain s'articulerait de la façon suivante :

Une celulle anticyclonique sur l'Espagne mettant les masses d'air en rotation autour de son centre.
Illustration avec IFS pour lundi 3 février à 12h, lors du pic de douceur : vents et géopotentiels à 500 hPa. Le thalweg et la bulle de HG travaillent de concert pour advecter une masse d'air très douce et océanique vers la France. Celle-ci, dans un mouvement tournant autour de la cullule de HG, redescend sur la Méditerranée puis le Sahara pour terminer la boucle.

Sur cette coupe de GFS cette fois pour dimanche le long du méridien de Greenwich, l'importance du dôme chaud, c'est-à-dire sa hauteur et son extension horizontale est remarquable pour la saison :

Sur cette même coupe de GFSmais pour lundi midi cette fois, les vitesses verticales indiquent des subsidences autour des Pyrénées (entre 40 et 45°N). À ces subsidences s'associeront des effets de foehn en basses couches avec le franchissement par flux de S/SW de la barrière pyrénéenne. Les températures s'envoleront sur les contreforts et les plaines au nord de la chaîne, et plus encore en allant vers le Pays Basque, au plus près du cœur de la langue chaude.

À 850 hPa, sur cette carte d'IFS pour lundi midi, le flux décélère après avoir franchi les Pyrénées indiquant la ligne de subsidence.
De la même façon, le flux de NW dévalant les Alpes vers la Méditerranée provoquera un effet de foehn sur la Côte d'Azur (Var et Alpes-maritimes). Toutefois, en raison de possibles phénomènes de convergences de très basses couches, les subsidences pourraient ne pas atteindre le sol et limiter le réchauffement par compression en comparaison du Pays basque.
Enfin, Roussillon et plaines de l'Aude et de l'Hérault connaîtront également ces compressions aux effets similaires.

EFI (Extreme Forecast Index) des T2M selon GEFS 12Z pour lundi après-midi. La Bretagne et le Contentin commence déjà à basculer en flux de NW, prélude à la nette baisse des températures qui s'annonce très probable. Les isolignes rouges matérialisent la T850. Le gradient y est important en Manche.

Hormis ces régions de l'extrême sud du pays, la France sera soumise à un flux de SW très doux mais aussi très humide.
L'animation GFS 12Z suivante montre l'IVT, qui est une mesure de l'intensité du flux humide sur toute la colonne troposphérique, et le géopotentiel à 700 hPa. Celle-ci commence le samedi à midi pour finir le lundi à midi, par pas de 12h.
L'origine sub tropicale du flux ne fait aucun doute, d'abord advecté par le minimum de pression situé en plein milieu de l'océan (D) puis aspiré par la dorsale vers la France et le Pays de Galles avant de s'évacuer progressivement vers l'est durant la journée de mardi. La persistence de ce flux sur le pays signe des précipitations durables, non intenses.

On pourra dépasser les 50 mm sur ces trois jours sur plusieurs zones :

  • les zones côtières atlantiques et de la Manche prendront ce flux d'ouest-sud-ouest de plein fouet qui lâchera une bonne part de son contenu précipitable en quittant le domaine océanique ;
  • les zones amonts des reliefs au flux de ouest à nord-ouest, telles que les Ardennes, les Vosges, le Jura ou encore les Alpes du nord, par blocage dû au relief et à condensation supplémentaire par élévation.

 

2 - Vers un ressenti frais à froid :

À partir de lundi soir sur les côtes nord de la Bretagne jusqu'au Pas de calais et mardi ailleurs, le flux basculera au NW frais à tous les étages avec une dorsale s'élevant vers l'Islande et des BG s'avançant vers le Bénélux et l'Allemagne :

La masse d'air associée contrastera fortement avec la précédente, comme l'illustre cette modélisation d'ARPEGE 12Z qui propose à cet instant une modélisation intermédiaire sur le timing de la coulée :

Un régime de fréquentes averses, surtout sur une large moitié NE du pays et principalement sur le nord du Massif central, les Alpes du nord et les reliefs vosgiens et jurassiens. Le Mistral sera violent, surtout mercredi avant de mollir jeudi. La masse d'air s'assèchera au cours de la journée de mercredi et les pluies devraient cesser jeudi. Les températures seront dans les normes, voire un peu en-dessous mais ce sera sans doute le contraste avec la grande douceur qui règne actuellement qui apportera une sensation hivernale.
Compte tenu du niveau des températures, la neige pourrait être bien présente près des frontières belges à allemandes. Son extension vers le sud est naturellement sujet à caution à ces échéances. En montagne, elle s'inviterait dès les basses altitudes.

Il est à noter que ce coup de froid/frais est probable mais que les modalités énoncés ci-dessus demeurent encore relativement incertaines. Les deux centres d'action (A2 vert et D bleue du début) n'ont pas un positionnement parfaitement définis. Des décalages vers l'est ou vers l'ouest affaibliront ou intensifieront la coulée froide.

Catégories

Articles récents

Articles importants

Archives par mois


Rechercher une date


Articles au hasard




L'observation météo en directparticiper » sync...
↑ nouveaux éléments ↑