Commencez à taper pour rechercher
connexion

  • Infoclimat
    la météo
    en temps réel
    Infoclimat
  • Orly - Athis-Mon.07h00, 6.2°C
    98%, 1011.6hPa
    Vent de direction ONO6 km/h (raf. 11)
L'onde de choc de l'éruption du volcan Hunga Tonga captée par les stations du réseau StatIC
Par Laurent dimanche 16 janvier 2022, 20:47

Région du monde peu connue, l’archipel des Tongas est situé dans l'océan Pacifique sud, sur la zone de subduction entre la plaque pacifique et la microplaque des Tonga. Cette plaque océanique du Pacifique glisse sous la micro plaque des Tonga, et les îles volcaniques des Tonga se sont formées à partir du flux de magma venant de cette subduction. Nous sommes ici dans un volcanisme explosif de subduction.

  

 

Le passé volcanique de cette région est donc très agité mais c’est en 2009 que le volcan Hunga-Tonga entre en éruption. Depuis il ne s’est jamais vraiment calmé et en 2014, il donne naissance à une petite île que l’on voit sur cette première image. La seconde vue, prise quelques heures après l'éruption, l'île est littéralement désintégrée.

   

Cliquez ici pour lire la suite →

Que d'eau, que d'eau !
Par Laurent mercredi 14 juillet 2021, 12:25

L'image est très esthétique et pourrait caractériser une journée d'automne bien fraiche et bien pluvieuse. A la différence près que cette image est celle d'hier, une journée au plein coeur de cet été 2021 qui a toutes les peines à trouver ses marques.

On y voit très bien les bandes pluvieuses très actives s'enrouler autour de la goutte froide qui a traversé le pays depuis lundi. Traditionnellement, en été, on peut avoir d'importants cumuls de pluie, mais souvent associés à de gros orages et donc relativement localisés. Ici, ces cumuls se sont produits à grande échelle, partant de la montagne noire à l'ouest du massif central, au centre, bassin parisien jusqu'aux frontières belges et luxembourgeoises.

On a ainsi relevé en 24 heures quelques cumuls remarquables :

78.6 mm à Anglars Saint Félix (12)

Cliquez ici pour lire la suite →

L'été au pôle Nord
Par Laurent mercredi 29 juillet 2020, 08:13
Ce qui se passe cet été au-delà du cercle polaire, dans les régions les plus septentrionales de notre terre est sans précédent.
Au royaume des glaces, la chaleur prend possession des lieux, les records tombent les uns après les autres avec pour conséquence directe une fonte massive de la banquise. Jamais l'étendue de cette calotte de glace n'aura été aussi réduite qu'en ce moment auto-alimentant ce processus de fonte par une moindre superficie de l'albédo. Durant la première semaine de juillet, l'extension de la banquise a diminué au rythme de 146 000 kilomètres carrés par jour, presque deux fois plus vite que la moyenne de cette période de l'année mesurée entre 1981 et 2010. La circulation maritime est désormais libre de glace le long des côtes de la Sibérie.
 
Souvenez vous, tout a commencé au mois de juin avec cet incroyable record de 38.0°C mesuré à Verkhoïansk en Yakoutie. Cette ville qui était jusqu'à présent connue pour ses impressionnants records de froid détient maintenant le palmarès de la ville la plus chaude au delà du cercle polaire.
 
Depuis le choses ne font que s'emballer.
  • 21/22/23 juillet, bis répétita!  Une écrasante chaleur enveloppe la Sibérie Orientale faisant à nouveau tomber moultes records absolus comme à Chokurdah avec 32.0°C ou à Kujga avec 35.4°C !
  • Quelques jours plus tard, cette chaleur hors norme envahit la province septentrionale du Nunavut dans le grand nord Canadien. A la station d'Eureka North Pole, un des points de mesure les plus proches du pôle, le thermomètre est monté jusqu'à 21.9°C !
  • Et depuis 3 jours, c'est l'archipel du Svalbard qui connaît le même sort. Il s'agit du dernier archipel habité le plus au nord du monde aux portes de la banquise et là aussi, le thermomètre s'est envolé... jusqu'à 21.7°C à Longyearbyen ! où il n'avait jamais fait aussi chaud. Là aussi, les glaciers se mettent à fondre comme jamais provoquant des torrents de boue que l'on peut encore suivre dans les fjords (ici à Ny-Alesund), preuve de l'ampleur inédite du phénomène.
 
Si on ne peut pas tirer d'un événement ponctuel une tendance générale sur du long terme, on est quand même en droit de se poser quelques questions. Car on sait que cette partie du monde se réchauffe plus fortement et plus rapidement que partout ailleurs. Et là, on a bien l'impression qu'on est maintenant passé à la vitesse supérieure avec le risque d'une destabilisation de tout l'écosystème des régions arctiques.
L'histoire d'une tempête mémorable... Klaus, 24 janvier 2009
Par Serge dimanche 25 janvier 2015, 18:19

Il y a 6 ans le 24 janvier 2009, Klaus, une tempête exceptionnelle venait de toucher le sud-ouest du pays, d'intensité comparable à la tempête Martin de décembre 1999.Elle engendra la vigilance rouge la plus étendue jamais déclenchée par Météo-France.

Dès l’approche du centre dépressionnaire, les vents se sont renforcés à proximité des côtes charentaises et aquitaines, les rafales dépassant localement 170 km/h. Avec le déplacement de la dépression, tout le sud-ouest du pays a été progressivement touché. Des vents de 150 km/h ont été ainsi relevés en Haute-Garonne. Mais c’est encore plus à l’est que les rafales les plus fortes ont été observées : 159 km/h à Narbonne, 184 km/h à Perpignan et même 191 km/h au Cap Béar. La durée pendant laquelle les vents exceptionnels ont persisté est, elle aussi, tout à fait remarquable : des rafales dépassant 130 km/h ont ainsi été mesurées durant plus de onze heures au Cap Béar, neuf heures à Narbonne et au Cap-Ferret et huit heures à Lézignan-Corbières.

Retrouvez le dossier de l'évènement sur HistorIC : http://www.infoclimat.fr/historic-details-evenement-36-tempete-klaus.html

Revivez l'évènement grâce au Bulletin Quotidien de Suivi du jour : http://www.infoclimat.fr/chroniques/?d=2009-01-24


La tempête du 17 décembre 2004
Par Serge mercredi 17 décembre 2014, 14:35

Vous souvenez vous de la tempête de 17 décembre 2004 ?

Cette tempête du 17 décembre, issue d'une dépression creusée à 980hPa circulant très rapidement de l'Irlande à la Belgique a circulé très rapidement sur le Nord du pays. La tempête qui s'est creusée à l'aide d'un fort courant jet d'altitude a atteint la Basse-Normandie à la mi-journée avec des rafales atteignant déjà 148 km/h au Cap de la Hague. Le minimum dépressionaire s'est petit à petit déplacé vers la Haute-Normandie, entrainant des rafales à 155 km/h au Cap de la Hève en Seine Maritime (76), puis sur la Picardie où on atteint 148 km/h à Abbeville, puis 139 km/h à Chauny dans l'Aisne vers 16h. La tempête continue ensuite sa route vers la Champagne-Ardennes et la Lorraine où on enregistre successivement 141 km/h à Chouilly (Marne), 147 km/h à Septsarges (Meuse) et 140 km/h à Nordheim dans le Bas-Rhin. La tempête s'éloigne vers la Belgique et l'Allemagne en soirée.

Lien vers HistorIC : http://www.infoclimat.fr/historic-details-evenement-73-carte.html

Page 1 sur 2
Catégories

Articles récents

Articles importants

Archives par mois


Rechercher une date


Articles au hasard